04 février 2013

vers une amélioration des lois pour animaux domestiques en cas d'évacuation??

Lors de futures évacuations, les animaux de compagnie pourront suivre leurs propriétaires

 

Les autorités s'affairent à alléger l'interdiction d'animaux dans les logements des évacués, après le déracinement des familles suite 

au tsunami et à la catastrophe nucléaire de 2011 et à la détresse qui a suivi quand les officiels leur ont dit d'enfermer leurs animaux 

à l'extérieur dans des voitures – ou de les abandonner.

 

Certains gouvernements locaux n'interdisent pas les animaux dans les centres et logements d'évacuation. Mais certains parmi ceux 

qui ont décidé l'interdiction sont en train de revoir les règlements, reconnaissant la valeur émotionnelle des animaux de compagnie 

pour les gens devenus récemment sans foyer.

 

''Les animaux font partie de la famille,'' disait une propriétaire de chien, Kayoko Suzuki, 51 ans, qui a dû quitter Motomiya dans 

la préfecture de Fukushima. ''Les officiels devraient être plus souples afin que les familles ne soient pas séparées des animaux 

pendant l'évacuation.''

 

Suzuki est partie avec sa famille et trois chiens après la catastrophe de la centrale de Fukushima en mars 2011.

 

Elle s'est rendue à la ville distante de Toyoma, dans la préfecture de Toyoma, qui a proposé des logements municipaux vacants. Mais les officiels ont dit : pas d'animaux.

 

Suzuki et sa famille se sont résolus néanmoins à enfermer les chiens – des caniches nains âgés de 5, 4 et 2 ans – dans la voiture. Ils ont établi un roulement pour sortir s'en occuper.

 

Malgré cet arrangement peu commode, la présence des animaux a aidé la famille Suzuki à tenir le coup malgré l'épuisement et l’énorme stress. Ils vivaient à un endroit où ils ne connaissaient personne – et leur avenir était incertain.

 

Les chiens ont brisé la glace avec les habitants du quartier pendant les promenades. Les gens s'arrêtaient et caressaient les caniches.

 

La famille Suzuki a fini par louer une maison à un amoureux des animaux – membre d'une société de protection des animaux – qui a été heureux d'autoriser les chiens à l'intérieur. Mais c'était fin mars 2011 et quelques semaines plus tard, la famille est rentrée chez elle.

 

Suzuki dit qu'elle a appris une leçon : les propriétaires d'animaux devraient se préparer. Elle stocke aujourd'hui trois mois d'aliments et de nécessaire de propreté pour ses animaux.

 

 

La préfecture d'Ibaraki fait partie des gouvernements locaux qui se penchent sur le problème. Le tsunami a submergé certains districts côtiers et le séisme a endommagé de nombreuses maisons ou laissé derrière lui des terres instables.

 

Cinq gouvernements locaux des 44 préfectures interdisent les animaux dans les centres d'évacuation.

 

L'un d'eux est Miho. Un officiel de Miho a expliqué que des habitants sont allergiques ou n'aiment tout simplement pas les animaux.

 

 

''Il est difficile de dire ce que devraient faire dans ce cas les propriétaires d'animaux, mais on peut soit les laisser dans les voitures, soit les attacher temporairement dans des maisons abandonnées'', a dit l'officiel.

 

En juin de l'année dernière, les autorités préfectorales ont mis en place un comité pour étudier des changements et il en est sortie une ébauche de proposition qui recommande aux municipalités d'installer des enclos pour les animaux dans les centres d'évacuation.

 

De plus, les officiels de la préfecture rédigent de nouvelles directives auxquelles les municipalités se réfèrent pour l'évacuation des résidents et de leurs animaux. Les deux mesures tombent sous le coup de directives non contractuelles du ministère de l'environnement.

 

Les changements nécessiteront d'éclaircir de multiples obstacles au niveau préfectoral et local.

Les officiels d'Ibaraki avertissent que cela pourrait prendre du temps avant que toutes les municipalités souhaitent la bienvenue aux animaux. Et en fin de compte ce sont les municipalités et non le gouvernement préfectoral qui mènent à bien les évacuations.

 

La préfecture d'Iwate frappée par la catastrophe a rédigé des directives semblables en novembre.

Ces dernières demanderont aux propriétaires d'être équipés d'une cage et de réserves de nourriture d'urgence pour leur animal.

 

En raison des restrictions de 2011 et 2012, il y a eu une demande considérable de la part de propriétaires de chiens et chats pour s'occuper temporairement de leurs animaux.

Une organisation qui a tenté de s'en occuper fut le Centre d'Aide aux Animaux de la métropole de Tokyo, qui a été mis en place en réponse à la catastrophe.

 

Le directeur, le vétérinaire Chizuko Yamaguchi, a dit que le centre s'est occupé de 36 animaux – pour un coût d'environ 18 millions de yens (207.000 dollars), coûts de construction non compris.

''Si les propriétaires et leurs animaux restent ensemble pendant l'évacuation, cela économise de l'argent et réduit le sentiment de perte,'' a dit Yamaguchi. '' Ce sera bon aussi en terme d'hygiène et d'écologie des zones sinistrées.''

 

Le centre a fermé en septembre.

 

En attendant, les familles séparées de leurs animaux ont pu souffrir de cette perte définitive.

Yumiko Watanabe, 29 ans, s'est dépêchée en 2011 de fuir sa maison proche de la centrale nucléaire, les pompiers l'ont pressé de laisser derrière elle son chat de 3 ans, Azuki.

 

Watanabe vit actuellement dans un appartement de Nishi-Aizu, dans la préfecture de Fukushima, avec sa fille de 8 ans, Urara, et n'est retournée qu'une seule fois à sa maison abandonnée, l'été dernier. Le chat n'était pas là.

 

Watanabe, de Tomioka, préfecture de Fukushima, a demandé de l'aide pour chercher le chat à une association vétérinaire préfectorale et à un centre de protection animale installé par le gouvernement préfectoral. 

 

À chaque publication sur le site web du centre d'un chat ressemblant au sien, elle s'y rend pour vérifier. Mais à chaque fois elle revient déçue.

 

''Quand j'ai quitté la maison, je pensais que ce ne serait que pour quelques jour et que je reviendrai,'' a-t-elle dit.

 

(Cet article a été écrit par Yosuke Akai et Atsushi Takahashi.)

 

* * *

ASAHI SHIMBUN

 

 

Posté par japanimal à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur vers une amélioration des lois pour animaux domestiques en cas d'évacuation??

Nouveau commentaire